Espace presse

Füssli, entre rêve et fantastique

Du 16 septembre 2022 au 23 janvier 2023
Musée Jacquemart-André
Télécharger le dossier de presse
Contact

Damien Laval, Claudine Colin Communication
01 42 72 60 01
damien@claudinecolin.com

Le Musée Jacquemart-André présente, à l’automne 2022, l’œuvre du peintre britannique d’origine suisse, Johann Heinrich Füssli (1741-1825). À travers une soixantaine d’œuvres issues de collections publiques et privées, le parcours illustrera les thèmes les plus emblématiques de l’œuvre de Füssli, artiste de l’imaginaire et du sublime. Des sujets shakespeariens aux représentations du rêve, du cauchemar et des apparitions, en passant par les illustrations mythologiques et bibliques, Füssli développe une nouvelle esthétique qui oscille entre rêve et fantastique.

Fils d’un père peintre et historien de l’art, Johann Heinrich Füssli fut un temps pasteur et commença une carrière artistique assez tardivement, lors d’un premier voyage à Londres, sous l’influence de Sir Joshua Reynolds, président de la Royal Academy. Après un long séjour en Italie, au cours duquel il est fasciné notamment par la puissance des compositions de Michel-Ange, il revient s’installer à Londres à la fin des années 1770. Artiste atypique et intellectuel, Füssli puise son inspiration dans les sources littéraires qu’il passe au filtre de son imagination. Il développe dans sa peinture un langage onirique et dramatique, où se côtoient sans cesse le merveilleux et le fantastique, le sublime et le grotesque.

Organisée thématiquement, l’exposition explore l’ensemble de l’œuvre de Füssli à laquelle aucune exposition monographique n’avait été consacrée à Paris depuis 1975. Elle s’ouvrira sur la représentation du théâtre shakespearien, en particulier de Macbeth, puis elle s’attachera aux récits mythologiques et bibliques avant de se pencher sur la figure féminine dans son œuvre graphique. Se succèderont enfin les thèmes du cauchemar, véritable création füsslienne, puis du rêve et des apparitions.

Füssli développe une veine fantastique relativement marginale pour l’époque car elle contourne les règles académiques. C’est en 1782 qu’il présente sa première version du Cauchemar, œuvre emblématique de son imaginaire qui assoit véritablement sa carrière de peintre. Élu membre associéde la Royal Academy en 1788, puis académicien en 1790, Füssli, tout en travaillant de manière sérielle, incarne une recherche du sublime qui s’impose à l’Angleterre de son époque. L’exposition duMusée Jacquemart-André permettra de redécouvrir l’œuvre saisissante de cet artiste rare dans les collections françaises, peintre très original qui développe une œuvre paradoxale, alimentée par une imagination où terreur et horreur se marient, à l’origine esthétique du romantisme noir.

Télécharger les visuels en HD

Télécharger le dossier de presse
Contact

Damien Laval, Claudine Colin Communication
01 42 72 60 01
damien@claudinecolin.com

Partager sur

Suivez-nous