Espace presse

Exposition Signac

du 5 mars au 19 juillet 2021
Musée Jacquemart-André
Télécharger le dossier de presse
Contact

Claudine Colin Communication
Damien Laval
damien@claudinecolin.com
01 42 72 60 01- 06 07 09 66 59

En 2021, le musée Jacquemart-André met à l’honneur l’oeuvre de Paul Signac (1863 – 1935), maître du paysage et principal théoricien du divisionnisme, à travers une soixantaine d’oeuvres issues d’une exceptionnelle collection particulière.

Aux côtés de 25 de ses toiles telles que Avant du Tub (1888), Saint-Briac, Les Balises (1890), Saint-Tropez, l’orage (1895), Avignon, matin (1909) ou Juan-les-Pins, Soir (1914) et d’une douzaine d’aquarelles, l’exposition présentera plus de vingt oeuvres des artistes Camille Pissarro, Maximilen Luce, Théo Van Rysselberghe, Henri-Edmond Cross, Georges Seurat, Louis Hayet, Achille Laugé, Georges Lacombe et Georges Lemmen.

L’ensemble de l’exposition suivra un parcours chronologique, depuis les premiers tableaux impressionnistes peints par Signac sous l’influence de Claude Monet jusqu’aux oeuvres vivement colorées réalisées par l’artiste au XXe siècle, en passant par sa rencontre avec Georges Seurat en 1884.

L’exposition, qui retracera la vie de Signac et son travail de décomposition de la couleur, reviendra également sur l’histoire du néo-impressionnisme. Au début du parcours, les différents acteurs du mouvement néo-impressionniste, seront d’abord évoqués par des portraits (Portraits de Georges Seurat (1890), Camille Pissarro (1895), Henri-Edmond Cross (1898) par Maximilien Luce ; Portrait de Maximilien Luce (1890) par Signac ; Autoportrait (1916) de Théo Van Rysselberghe...).

Plus loin dans l’exposition, les toiles des peintres néo-impressionnistes seront ensuite réunies : Camille Pissarro, Louis Hayet, Achille Laugé... etc. et plus particulièrement celles des plus célèbres d’entre eux : Van Rysselbeghe, Cross et Luce.

Le visiteur pourra ainsi apprécier les différents aspects du néo-impressionnisme, selon l’interprétation de personnalités artistiques très différentes à travers des oeuvres comme Au Café (1887-1888) de Louis Hayet, Briqueterie Delafolie à Eragny (1888) de Camille Pissarro, Le Moulin du Kalf à Knokke (1894) de Théo Van Rysselberghe ou La Mer clapotante (vers 1902-1905) de Henri-Edmond Cross. Une importante section sera consacrée aux premières oeuvres néo-impressionnistes de Signac, puis à la période de Saint-Tropez où il choisit de passer la belle saison de 1892 à 1913.

Les oeuvres peintes à Paris et en Bretagne contrasteront avec les tableaux aux couleurs fortes inspirés par le Midi. L’exposition illustrera le développement de la technique du peintre qui se libère progressivement des théories de Seurat pour faire évoluer le néo-impressionnisme dans le sens d’une expression picturale toujours plus colorée.

Le musée présentera également l’oeuvre de Signac au XXe siècle, lorsque l’artiste réalise de nombreuses aquarelles. Une cimaise entière leur sera consacrée avec une douzaine de feuilles. Un bel ensemble de tableaux du XXe siècle soulignera l’importance du style pictural de Signac qui joue sur le contraste des couleurs qu’il juxtapose sous forme de petites touches.

Artiste novateur, Signac ouvre la voie à ses contemporains et à la nouvelle génération d’artistes comme les fauves, les futuristes et les peintres abstraits.

Télécharger les visuels en HD

Télécharger le dossier de presse
Contact

Claudine Colin Communication
Damien Laval
damien@claudinecolin.com
01 42 72 60 01- 06 07 09 66 59

Partager sur